Attaque sur les retraites de la fonction publique: le Cartel soutient le référendum!

Contre l’austérité programmée

Cette loi fait partie d’une nouvelle série d’attaques contre les services publics (DIP, HUG, TPG, social, police, etc.). Refuser cette loi c’est nous préparer à résister ensemble au nouveau plan d’austérité qui vise les prestations à la population !

Contre l’autoritarisme de ce gouvernement

Le Conseil d’Etat – Pierre Maudet en tête – a voulu faire passer en force son projet sans même consulter les organisations du personnel. Pire : le gouvernement s’est permis de donner des ordres à ce sujet au comité de la caisse de pension, en violation de l’indépendance de celle-ci et de son caractère paritaire employeur-employés.

Contre le démantèlement des retraites

Cette détérioration des prestations de la Caisse de retraites de la police (LCPFP) est un nouveau coup bas contre les retraites, après Prévoyance vieillesse 2020 et la hausse de l’âge pivot de la Caisse de pension de l’Etat de Genève (CPEG). C’est un nouveau pas vers la mise en cause des retraites de toute la fonction publique (CPEG, Fonds de pension des TPG). Un comble, de la part d’un Conseil d’État qui dispose de retraites à vie après 8 ans d’activité seulement.

Contre des cadeaux aux actionnaires

sur le dos des salarié·e·s

Sous le nom « PF17 », le Conseil d’État prépare sa nouvelle version de la RIE III, pourtant rejetée par le peuple ! À la clef : des centaines de millions de recettes en moins pour les communes et le Canton... et un magnifique cadeau fiscal en faveur des actionnaires des grandes entreprises. Ce sera donc au personnel de l’État, aux usagers·ères des services publics et aux bénéficiaires des prestations sociales de payer la facture. La police et le personnel de prison ne font qu’ouvrir la marche...

Contre la suppression des acquis sociaux

Cette loi prévoit de faire payer à 100% aux assuré·e·s le
« rattrapage » des cotisations du deuxième pilier en cas de hausse de salaire (promotions, mécanismes salariaux). En cas d’impossibilité pour eux de payer ce rattrapage, ils devront se contenter d’une retraite qui ne correspond pas à leur salaire actuel. C’est un pas de plus vers la « primauté des
cotisations » et la déconnexion entre retraites et salaire en fin de carrière...Pour toutes ces raisons, SIGNEZ CE RÉFÉRENDUM contre la modification de la LCPFP, adoptée à une courte majorité par le Grand Conseil, sur proposition du Conseil d’État.