CPEG : Soutenir le PL 12095 pour permettre de véritables négociations

L’Assemblée des délégué-e-s du Cartel intersyndical du 26 septembre réclame l’ouverture de négociation sur la Caisse de prévoyance de l’État de Genève. L’avant-projet de loi du Conseil d’État, reçu 15 jours auparavant, étant du point de vue du Cartel contestable voire inacceptable sur de nombreux points. Afin de permettre aux négociations de se dérouler dans un calendrier raisonnable, le Cartel demande au Conseil d'État de soutenir le PL 12095 et appelle le personnel à se mobiliser pour défendre ses retraites.

Le temps de négocier

Sur un sujet aussi complexe et dont les enjeux sont énormes pour le personnel de la fonction publique et parapublique affilié à la CPEG, ces négociations ne sauraient être menées à tambour battant en seulement quelques mois. En matière de prévoyance professionnelle, chaque modification d’un des nombreux paramètres composant le plan de prestations et son financement a des incidences sur d’autres paramètres qu’il s’agit d’analyser, de comprendre et de corriger, auxquels s’ajoute la nécessité d’effectuer des projections actuarielles (examen de l’équilibre financier sur le long terme) sur les diverses variantes qui doivent être examinées au cours d’une négociation. Pour rappel, la fusion de la CIA et la CEH avait nécessité plus de quatre ans de travail et de négociations intenses.

Or, sans un apport financier rapide à la CPEG, celle-ci risque d’être contrainte de réduire drastiquement les futures rentes des actifs-ves. Le Cartel demande donc au Conseil d’État de soutenir le PL 12095 actuellement pendant devant le Grand Conseil. Ce projet de loi propose une capitalisation partielle mais rapide qui n’est pas en contradiction avec la capitalisation plus importante envisagée par le Conseil d’État. Son adoption par le Grand Conseil permettrait ainsi d’alléger la pression sur la CPEG et de permettre ainsi aux négociations de se dérouler dans un meilleur contexte et dans un calendrier qui permette de les mener réellement.

Mobilisons-nous!

D’expérience le Cartel considère que pour être en mesure de négocier avec ce Conseil d'État il faut que le personnel, informé et conscient de ses intérêts, se prépare à mener des actions de soutien aux négociateurs-trices.

Le Cartel intersyndical espère vivement que le Conseil d’État répondra favorablement à cette demande, condition à l’établissement d’un véritable partenariat social sur ce sujet difficile.

Découvrez la résolution adoptée par l’AD du Cartel du 26 septembre:

.